Matam : Le Programme alimentaire mondial procède au lancement du programme demies-lunes

Le directeur régional du bureau du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Chris Nikoi a effectué une visite de travail dans la région de Matam. Un périple au cours duquel, il a visité les phases test du programme des demies-lunes dans la localité de Diandioly Bambara. Ce sont des structures semi-circulaires utilisées pour récolter les eaux de ruissellement pour la croissance des cultures, des arbres, et du fourrage dans les zones déficitaires en humidité.

« Nous sommes en train de réhabiliter des terres qui n’ont pas été cultivées depuis 40 ans, estime Fatiha Terki, la représentante-résidente du PAM au Sénégal. C’est un projet très important qui nous tient à cœur. Vous avez pu visiter avec nous le site de Diandioly pour la phase test, ou les populations pourront cultiver des légumes, et faire du fourrage. Nous souhaitons accélérer le travail avant la saison des pluies pour avoir un résultat concret. L’ambition du PAM, en appuyant le gouvernement, dépasse les 20 Ha. Notre ambition, c’est de réhabiliter des milliers d’hectares. Nous voulons un projet à long terme » explique-t-elle.

Après Diandioly et Gourel Wobadé, la délégation du PAM, a fait escale à l’école élémentaire Ogo 2. Dans cet établissement pilote, les représentants du PAM ont pu constater l’état d’avancement des programmes que le programme alimentaire mondial avait financé.

Fatiha Terki a enfin annoncé l’ouverture prochaine d’un bureau régional du PAM à Matam. « Nous allons ouvrir un bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) à Matam. Nous avons déjà les locaux et nous allons faire de petits travaux, informe-t-elle. En ouvrant l’antenne de Matam, nous pourrons assurer un suivi très rapproché. Notre objectif, ce n’est pas seulement donner à manger aux enfants, mais on veut que le repas de l’enfant soit nutritif et équilibré. Le choix de Matam se justifie, parce qu’à une période de l’année, il y a un certain niveau d’insécurité alimentaire et de vulnérabilité. Donc on veut préparer la population à faire face à cette période de soudure », conclue-t-elle.

Nguenaaractu.com , Mamadou Adama Ba ( Petit Ba )

 3,378 Clics