Ligue des champions : le sérieux,la rigueur, l’engagement allemand a encore parlé

Le Paris Saint-Germain s’est incliné face au Bayern Munich (0-1) en finale de la Ligue des champions, dimanche à Lisbonne. Kingsley Coman, formé au PSG, a été le bourreau de son ancien club. Les Allemands sont champions d’Europe pour la 6e fois.

Paris devra attendre avant de rêver plus grand. Sur la plus petite des marges, le Bayern Munich a disposé du PSG dimanche, à Lisbonne, lors de la finale de la Ligue des champions (1-0). Sixième sacre pour les Bavarois, de nouveau rois d’Europe. Et ce grâce à un but d’un joueur… formé au Paris Saint-Germain, Kingsley Coman.

Et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent…
S’ils mettaient dix bonnes minutes à rentrer dans leur finale, avec une grosse pression munichoise d’entrée et des pertes de balle dans les 30 derniers mètres, les Parisiens ne tardaient pas à mettre le nez à la fenêtre. Avec Mbappé d’abord (14e, 15e) et surtout Neymar, contrarié par un grand Neuer (18e). Des occasions, il y en avait toutefois des deux côtés dans cette première période rythmée et équilibrée, avec le poteau qui sauvait Navas (22e), Di Maria au-dessus (23e), Herrera de loin (29e) et Lewandowski sur Navas (31e) ! Incertain avant la rencontre, Boateng, lui, n’allait pas plus loin que la 25e. Süle à sa place. On se répondait du tac au tac, avec la possession pour le Bayern mais des Parisiens dans le ton et au moins aussi dangereux que leurs adversaires. Plus en fait, avec ce relais de Herrera pour Mbappé en retrait… et la frappe trop molle du champion du monde (45e). Occasion en or… Munich réclamait un penalty (45+1), mais non (0-0 à la pause).

Les ratés parisiens, Coman le bourreau, les larmes de Neymar : les moments forts de la finale en images

Déjà tendue du fait du score, cette finale devait carrément électrique lorsque Gnabry envoyait Neymar au sol, avec Paredes pour venir faire la police (52e). Fébrile cette défense du Bayern, Süle averti à son tour (56e). Mais c’est celle du PSG qui cédait, centre de Kimmich, tête de Coman (59e). Parfait. Moment de flottement dans l’arrière-garde parisienne, le break tout proche (61e, 63e). Puis la réaction, la pression sur le but de Neuer (67e, 70e, 71e, 74e), mais toujours pas de but. Et le temps filait… Neymar avait du mal à faire des différences, Mbappé aussi. Choupo-Moting (80e), héros du quart, entrait à la place de Di Maria. Verratti (65e), Draxler (72e) et Kurzawa (80e) aussi. Mais cette fois, pas de miracle camerounais. Il a bien failli (90e)… Sans être spécialement dangereux, les Bavarois maîtrisaient sans s’affoler et filaient vers le sacre, leur sixième, le premier depuis 2013 (1-0). Comme il y a sept ans, ils signent le triplé : championnat, coupe, C1.

Coman, sans pitié
Cantonné au banc contre Chelsea, Barcelone et Lyon, Coman était envoyé au front d’entrée contre… son club formateur. Choix payant de Hansi Flick. Par ses dribbles déroutants sur le côté gauche, l’international tricolore de 24 ans a fait mal. Très mal. C’est surtout lui qui, parfaitement servi par Kimmich, permettait au Bayern d’ouvrir la marque. Au bon endroit au bon moment. Et sa tête n’était pas si simple à réaliser. Il était même tout proche de faire le break. Après 68 minutes, coach Flick le rappelait sur le banc, remplacé par Perisic. Cruel pour le PSG, qui a vu partir le Seine-et-Marnais à 18 ans pour la Juventus après seulement quatre apparitions en pro et qui doit désormais ranger ses rêves européens au placard à cause de lui…

Encore raté, mais…
Si près, si loin… Pour la première fois de son histoire, le PSG se hissait en finale de la Ligue des champions. Première… manquée. L’année des 50 ans du club et même 50 ans tout pile après son tout premier match officiel, le 23 août 1970 à Poitiers, en D2 (1-1), l’histoire aurait été belle. Elle restera inachevée. Avec quatre trophées dans la musette et cette accession en finale de C1, le bilan en 2019-20 est néanmoins très positif. Il va maintenant être question de trouver les clés pour aller plus loin, plus haut. C’est à Leonardo de jouer. Il s’agira notamment de compenser les départs d’Edinson Cavani, Thomas Meunier et Thiago Silva, en fin de contrat. Peut-être aussi de trouver un milieu de terrain de classe internationale, afin de permettre à Marquinhos de retrouver sa place en charnière centrale. Pour le reste, les joueurs de Thomas Tuchel retrouveront le quotidien de la Ligue 1 dès le 29 août, à Lens. Retour au Parc des Princes le 13 septembre, contre l’OM. Avec la certitude d’être sur la bonne voie, mais aussi un peu la gueule de bois.

 295 Clics

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*