AMADOU KANE PRESIDENT ONCAV : LES NAWETANES ONT UNE PLACE IMPORTANTE DANS LE FOOTBALL DU PAYS

Les compétitions des phases nationales se déroulent dans la dernière ligne droite à Louga. L’ONCAV a dressé un bilan très reluisant des compétitions. Le président de l’Organisme, Amadou Kane soutient que la place des Nawetanes dans le football au Sénégal est incontournable. La finale des cadets oppose cette année la région de Fatick a la région de Saint Louis ; ce sera Samedi prochain au Stade Albouy Ndiaye.

Les responsables de l’ONCAV ont dressé un bilan à mi-parcours des compétitions des phases nationales sportives et culturelles qui se déroulent en ce moment dans la région de Louga. Pour le président de la dite instance, ce bilan est très reluisant ceci dans la mesure ou la région de Louga a démontré qu’elle a bien mérite d’accueillir les activités. Selon Amadou Kane Président de l’ONCAV, « Au départ des compétitions nous avions trente-quatre équipes, reparties en huit poules dans les quatre départements que compte la région de Louga. Après les soixante-huit rencontres jouées, seize équipes sont éliminées, aujourd’hui il nous reste la finale. Je peux dire sans risque de me tromper que les matchs ont été joues dans un climat d’apaisement et nous avons détecte de très bons joueurs ». 

Abondant dans le sens du niveau des équipes à travers les rencontres, le président de l’ONCAV ajoute que « les Nawetanes ont fini d’implanter leur marque dans le pays ; autrement dit, le mouvement a sa place dans le football au Sénégal surtout que des entraineurs de haut niveau viennent dans les stades pour détecter de jeunes talents ».

Le bilan financier à mi-parcours a connu une satisfaction de taille pour les organisateurs des phases nationales. Au total cinquante-quatre mille deux cent quatre billets de cinq cent francs ont été vendus dans les guichets des stades, soit une valeur de vingt-sept millions cent deux mille francs ; pour les tickets de trois cent francs, cinq mille huit cent quinze ont été vendus pour un montant d’un million sept cent quarante mille cinq cent. Le montant total de billets vendu équivaut à vingt-neuf millions deux cent deux mille francs. A ce montant il faudra défalquer certaines dépenses opérées par l’ONCAV ; il s’agit entre autres de l’organisation des matchs de cadets dont l’entrée est libre et gratuite, le paiement des arbitres, la supervision des rencontres seniors ; soit au total des dépenses estimées à 17. 745 .085. Une satisfaction pour le président Amadou Kane qui ajoute que « l’organisation des phases nationales à Louga a été bénéfique pour l’économie de la région. Les activités économiques se sont développées pendant trois semaines et les commerçants et autres vendeurs en ont tiré profit. Cela a été un rendez-vous du donner et du recevoir et l’ONCAV ne s’arrêtera pas en si bon chemin car nous sommes convaincus que ce que nous sommes en train de faire, agrée les populations ».

Au-delà des activités sportives, l’ONCAV mène aussi des rencontres citoyennes pour renforcer la citoyenneté chez les populations. Il s’agit pour les responsables de l’Organisme National des Activités de Vacances [ONCAV] d’aller voir les populations, situer leurs difficultés et au besoin y apporter des solutions nécessaires. Les thèmes développés dans ces rencontres sont : « population et citoyenneté » ; il s’agit de faire en sorte que chaque citoyen joue pleinement son rôle dans la société et parvenir à développer son terroir.

LA CULTURE : Le parent pauvre des phases nationales

L’ONCAV ne se limite pas seulement à organiser des activités sportives ; la structure organise aussi des séances de théâtre et autres activités culturelles même si on a tendance que ce volet constitue le parent pauvre des phases nationales. Pour cette Edition, huit ASC étaient prévues pour participer mais seules trois ont été présents à Louga. Pourtant dans le schéma de l’ONCAV, autant le football est obligatoire, mais autant la culture est aussi obligatoire, seulement peu de régions respectent la règle. Pour Amadou Kane, « malgré que la culture soit le parent pauvre des nawetanes, nous avons de grands talents car les théâtres que nous organisons est en quelque sorte une occasion de détecter ces talents caches ; c’est pour montrer aux sénégalais que dans notre mouvement il ya beaucoup de possibilités. Il faut dire que dans notre entendement, la culture fait partie des soubassements du développement d’un pays ou d’une région ; c’est la raison pour laquelle que dans nos règlements généraux, la culture est obligatoire et celui qui déroge à cette règle, il s’expose à de lourdes sanctions ». Il faut dire aussi que si beaucoup de régions ont été absentes des activités culturelles aux phases nationales de Louga, c’est dû au fait que l’ONCAV exige les pièces d’identités aux acteurs de théâtres. Le président de L’ONCAV promet d’apporter des solutions afin que chaque acteur de théâtre puisse détenir une pièce d’indenté qui lui permettra de participer au volet culturel des nawetanes.

Malges les rares foyers de tensions dans les stades, le président de l’ONCAV invite l’ensemble des équipes à avoir un sens de dépassement et de prôner la non-violence car selon lui, « les nawetanes appartiennent aux populations et ils ne seront que ce que les populations en feront ». Autrement dit il appelle les dirigeants des équipes a l’apaisement.

Des invites de marques sont attendus Samedi prochains pour la grande finale senior. Déjà l’affiche de la finale des cadets est connue, elle opposera Fatick à Saint Louis, un duel entre le Nord et le Sine.

Pour finir en apothéose, une veillée culturelle est prévue ; elle sera animée par les grands artistes de la région de Louga et d’autre talents venus d’ailleurs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*