Reprise des cours : Le message fort de Djibril Doumbouya SG régional SAEMS Matam

Chers Camarades Enseignants,

Nous voulons juste rappeler que la prérogative d’ouvrir ou de fermer les établissements d’enseignement public est de la seule et unique responsabilité de l’État.
Nous Enseignants sommes d’abord agents de l’État ayant comme prérogative de toujours répondre à l’appel du devoir à chaque fois que nécessaire.
Nos Syndicats quant à eux ont la mission régaliennes de défendre nos intérêts matériels et moraux devant notre employeur, l’État. Ainsi sont définis les rôles.
Cependant, face à une situation comme cette pandémie, même si nos Syndicats sont associés ou non à la recherche de solutions pour une réouverture des écoles, quelque soit la pertinence de leurs propositions, la matérialisation de celles-ci est de la seule responsabilité encore une fois de l’État.
NE CONFONDONS pas LES RÔLES ET NE PENSONS pas QUE PARCE QUE NOS SYNDICATS NE SONT pas SUFFISAMMENT CONSULTÉS OU IMPLIQUÉS DANS LA PROCÉDURE DE RÉOUVERTURE QU’ILS SONT BERNÉS PAR LE GOUVERNEMENT. NON !!! IL NOUS FAUT ÊTRE CARTÉSIEN ET PLUS POSITIF À L’ENDROIT DE NOS SYNDICATS QUI NOUS REPRÉSENTENT ENCORE BIEN ET NOUS NE DEVONS PAS TOUJOURS FAIRE SEMBLANT DE VOIR DU NOIR PARTOUT DANS L’ACTION DE NOS SYNDICATS !!!
Quelque part, il est vrai que nous ne cesserons d’attirer l’attention de nos leaders syndicaux sur d’éventuels pièges d’un gouvernement surnois qui ne cherche qu’à nous mettre à nu pour fragmenter le peu de crédibilité qui nous reste face une opinion bernée qui veut toujours # CASSER – L’EN-SAIGNANT# à l’autel des « grand-places » publics. Soyons confiants à l’endroit de nos Syndicats surtout le SAEMSS, VOTRE SYNDICAT LEADER, LE PLUS DÉMOCRATIQUE DES SYNDICATS DE CE PAYS ET QUI CONTINUE DE VOUS SERVIR LOYALEMENT.
Aujourd’hui, après tout ce que nous avons traversé, si l’État dans son pouvoir discrétionnaire décide d’ouvrir les écoles, nous Enseignants devons répondre présent à nos postes le 25 juin 2020 à 8h tout comme nous avions démontré notre patriotisme lors du convoyage catastrophique de la reprise avortée du 2 juin passé. Et cela, pour ne pas encore une fois donner raison à ces gens qui pensent que _ »nous voulons des salaires sans véritablement travailler »,_ ou _ »nous voulons nous réfugier derrière la pandémie pour refuser d’aller au charbon au moment où tous les autres secteurs d’activité reprennent de plus belle »_ ou encore ne pas donner raisons aux prétendus téméraires citoyens qui oseront dire que _ »nous sommes des fainéants »_.
Toutefois, si les conditions de cette reprise ne sont pas réunies sur le terrain, c’est en ce moment là que devons intervenir par le biais de nos Syndicats pour mettre à nue l’immaturité ou non de la décision du gouvernement de rouvrir les écoles. Pour cela, chacun de nous doit rester solidaire, vigilant comme une sentinelle dans nos établissements pour informer de tous les manquements observés conformément au protocole sanitaire pour ne rien accepter d’anormal :
👉🏾Si nos établissements ne sont pas désinfectés, refusons d’enseigner !
👉🏾S’il ya un seul élément du protocole qui manque, refusons d’enseigner (dixit le MEN)!
👉🏾Si les établissements sont inondés, refusons d’enseigner !
👉🏾Si notre sécurité est menacée, refusons d’enseigner !
👉🏾Bref, refusons d’être complice en dénonçant tout ce qui doit l’être. Le reste n’est pas notre combat :
👉🏾si les parents d’élèves acceptent que leurs enfants soient sacrifiés à l’autel des pré-inscriptions des fils de bourgeois nantis des grandes écoles privées et françaises de la capitale où toutes les conditions de réussite sont garanties, tant pis pour eux !!!
👉🏾si les parents acceptent que leurs enfants font un examen bâclé dans des abris provisoires inondés et dévastés par les intempéries de l’hivernage que personne n’ignore, c’est de leur responsabilité.
👉🏾si les parents d’élèves et leurs enfants ferment les yeux sur certaines décisions inopportunes d’un gouvernement indécis, c’est encore eux !
Après tout, *le combat de la revalorisation de notre système ne doit pas être uniquement le combat des Enseignants et leurs Syndicats* . N’est-ce pas dit-on que l’école sénégalaise est une « ÉCOLE DE LA COMMUNAUTÉ » alors *QUE TOUTE LA COMMUNAUTÉ SE LÈVE POUR DÉFENDRE SON ÉCOLE,* *nous Enseignants aurons déjà fait notre part.*

SVP, ARRÊTONS DE JASER SUR CETTE RÉOUVERTURE ET ALLONS AU FRONT TOUT EN OUVRANT L’ŒIL POUR NE PAS ÊTRE SUPRIS !!!
Vive les Soldats du savoir !!!

*Djibril DOUMBOUYA, Secrétaire Général Régional Section SAEMSS – MATAM

 82 Clics

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*